standard/deluxe

Matthias Bruggmann, Tilo Steireif, Francisco Meirino, Nicolas Savary, Virginie Otth, Federica Martini, Élise Gagnebin-de Bons, Adrien Cater & Vlado Alonso

adresse & accès

association

Afin de reçevoir les informations sur nos évènements par e-mail, inscrivez-vous à notre mailing liste:



standard/deluxe sur facebook

Stéphanie Gygax: Girl in a Faraday cage

Stéphanie Gygax

Girl in a Faraday cage

Finissage le dimanche 24 mai 12h-14h

Finissage le dimanche 24 mai 12h-14h

The soundscape of a car
Séquence d'images & installation

Vernissage le vendredi 1 mai à 18h00

Exposition: samedi 2 mai, de 11h à 16h,
dimanche 3 mai, de 14h à 18h,
et sur rendez-vous jusqu’au 24 mai

http://stigy.net/

Le travail de Stéphanie Gygax est un journal visuel, basé sur l'observation et non sur l'introspection.

Il nous propose des scènes quotidiennes dont la banalité des sujets est revisitée par un regard cinématographique, en séquences.

La déclinaison de l'instant est un des enjeux de ce travail, le sujet représenté et l'action se perdent dans la diversité des émotions qui se lisent sur un visage le temps d'une photographie; les images pourraient se décliner à l'infini. Ne pas choisir le moment synthétique, démultiplier les propositions, invoquer le temps et le silence entre les images.

Le hors-champ proposé par la musique et la route est un écran de projection pour nos souvenirs ou nos fantasmes de liberté.

Les voitures sont des cages de Faraday, on utilise aussi ce système pour les micros (afin d' atténuer le souffle), ce sont des enceintes utilisées pour se protéger des nuisances électriques ou électromagnétiques. L'automobile comme un endroit clos, protégé, une capsule dont la bande son a été soigneusement choisie, égoïstement. L'installation de Stéphanie Gygax utilise les fils électriques et la source de lumière comme un élément indissociable de l'image, elles nous propose une succession d'espaces à plusieurs dimensions.

Cette exposition fait suite au workshop "Sonic Door" que nous avions organisé à la HEAD avec Joël Vacheron et deux membres du collectif fact à propos de la photographie et du son.

"Fugaces et invisibles, les objets sonores semblent par définition se soustraire au procédé d’enregistrement photographique."

Nous avions en effet engagé une réflexion avec les étudiants autour de ce paradoxe, basée sur l'essai de Joël Vacheron "Face the music".

Ce questionnement que Stéphanie Gygax avait initié continue à être un de ses moteurs de réflexion et de production; il est également devenu une source d'échange et de collaboration.

— Virginie Otth

Stéphanie Gygax:

Stéphanie Gygax:

Stéphanie Gygax:

Stéphanie Gygax:

Stéphanie Gygax:

Stéphanie Gygax:

Finissage le dimanche 24 mai 12h-14h:

avec le soutien de:

Ernst Göhner Stiftung

 

Ville de Lausanne

 

Avec le soutien de la Loterie Romande

 

Pro Helvetia

 

Migros Culture Percentage

 

Canton de Vaud